Actualités

Vous trouverez dans cette rubrique les futurs séjours naturalistes que nous organisons, ainsi que des compte-rendus d’évènements passés et les actualités de la vallée et du village.

Les cabanes d’estives

Posted by on Mar 10, 2017 in Non classé | 0 comments

les cabanes d’ estives 

 

Au temps des cabanes de pierres.

Il existait de nombreuses cabanes d’estives sur le territoire d’Arbéost, de mémoire d’homme, 7 cabanes au Cure de Perdrix(cuvette aux perdrix), elles étaient de tailles variables, et s’étendaient sur chaque étages montagnards, du col de La serre au nord, au sommet du turron de Saucède, jusqu’au Barbat à l’Ouest, ( Aujourd’hui territoire de Beost.)

Les cabanes étaient succinctes, juste un abri, certaines en pierres sèches laissaient passer le froid. On les construisait près d’un point d’eau pour le confort, le travail et la conservation du lait(Leytée). Certaines sur des zones plus sèches, ( pen de Lascoutes)  obligeaient le berger à les quitter plus tôt dans la saison.

Les bergers bougeaient beaucoup, la densité du bétail sur le territoire l’obligeait à être en constante recherche de pâture, une cabane se construisait vite, en 3 jours, toute petite, juste un abri, d’où le berger surveillait son troupeau jour et nuit. Les cabanes étaient entourées d’enclos de pierres, un grand; pour le parc à brebis et un petit; pour la traite.En période d’estive certains bergers d’Arbéost, partaient jusque dans la vallée du Tech pour nourrir leurs bêtes. Ils avaient plusieurs cabanes, qu’ils utilisaient au grés de la saison. La cabane portait le nom de son utilisateur, aujourd’hui, Ces noms, servent à nommer des lieux .

Il y avait des troupeaux, dans de nombreuses familles, , surtout des brebis. Une famille assurait souvent plusieurs métiers, couturier/berger. Bar/berger. Un membre de la famille , souvent le père s’occupait du troupeau. L’hiver il quittait le territoire D’Arbéost pour le nourrir dans les plaines. Certains partaient jusque dans le Gers.En Bas, ils vivaient chez l’habitant, leurs troupeaux engraissaient les terres, paille et nourriture étaient données en contre partie. Les vaches, comme encore aujourd’hui, étaient gardées au village.Ces cabanes d’estives, furent utilisées longtemps, comme outil de travail, bien  après l’utilisation de l’automobile qui leur a permis de redescendre tous les soir dans leurs foyers.

 

 

En 2005,de grandes cabanes de bois,  apparaissent dans le paysage d’ Arbéost, grâce aux aides apportées par le PNP. elles sont destinées aux troupeaux de vaches.

 

 

 

GRANGES

 

 

 

 

La neige et vous…

Posted by on Jan 18, 2017 in Non classé | 0 comments

nEIGE 031

Nos meilleurs vœux pour 2017

Posted by on Jan 11, 2017 in Non classé | 0 comments

observation des rapaces

observation des rapaces

Nos Confitures

Posted by on Déc 12, 2016 in Non classé | 0 comments

004

LA PARISETTE

Posted by on Juin 11, 2014 in Non classé | 0 comments

 

La Parisette (Paris quadrifolia)  

 

De la famille des lys, cette délicate fleur s’épanouit au centre de quatre larges feuilles.

Elle colonise les hêtraies du cirque du Litor, telle une multitude d’étoiles, elles illuminent

le tapis d’ilots verdoyants. Une fleur, gracile, unique, qui donnera  un fruit : une

Baie toxique, globuleuse et noirâtre.

La Parisette vient du Nom Pâris, elle fût dédiée à ce prince, de la mythologie grecque.

De part et d’autre des Pyrénées, on l’appelle raisin où olive, cet « éloigne-loup »(estranglalops

en occitan) garnissait sous d’autres contrés, des appâts destinés aux renards.

Cette espèce vulnérable aime les sous-bois calcaires, elle est associée à un champignon symbiote,

qui la nourrit, lui permettant de supporter le manque de lumière.

La sylviculture moderne est l’ennemie de la Parisette, les labours, les coupes rases, la mise

en lumière brutale l’a font disparaître. Elle pourrait être un indicateur de la gestion durable

des forêts. On lui reconnait aussi la capacité à résister aux plantes invasives.

La Parisette est une plante étonnante, et par sa finesse et son élégance, elle ne manquera jamais

d’enchanter vos promenades forestières.